Pompes Funèbres et Marbrerie
Tél : 09.81.39.11.17
Conseil
Questions / Réponses
Nous contacter
boutique conseil funeraire

69 Rue Sermonoise
77380 Combs-la-Ville
ouverture du
lundi au vendredi
9h00-12h00
14h00-18h00
samedi
9h30-12h30
Conseil >

Conseils

Assurance décès :

L’assurance décès en quelques points

L’assurance décès est une solution de protection très différente de l’assurance vie. En effet, il s’agit ici nullement d’une épargne, mais bien d’une assurance au sens strict du terme. Sa souscription a un objectif unique : garantir, en cas de décès, le versement d’une soulte financière aux personnes désignées, qu’elles pourront utiliser comme elles le souhaitent.

La souscription à une assurance décès

L’assurance décès est avant tout destinée aux personnes âgées de moins de 65 ans. Il est cependant possible d’y souscrire jusqu’à 75 ans. Le coût en est alors plus important afin de pallier le risque élevé de décès. Suivant le principe de prévoyance, le capital à verser aux bénéficiaires est déterminé dès la prise de contrat. Celui-ci détermine également le montant des cotisations, associé à l’âge de souscription. De ce fait, plus le souscripteur est jeune, moins le montant des prélèvements est élevé.


L’assurance décès, à souscrire dans des cas précis

L’assurance décès peut être souscrite sur le long terme ou, à l’inverse, de façon temporaire. En effet, celle-ci est souvent choisie pour prémunir ses proches face à une situation pouvant représenter un risque. C’est le cas, par exemple, pour couvrir un investissement financier important, que ce soit lors de la souscription d’un prêt conséquent ou pour garantir la poursuite d’études coûteuses pour vos enfants.Lors de votre décès, cette assurance peut alors prendre en charge les différents frais engagés, permettant à vos proches de ne pas avoir à supporter ces charges financières. Une fois le risque disparu, le contrat d’assurance décès est alors souvent stoppé. Toutefois, les sommes versées sont perdues. Cette assurance peut également être souscrite sur un plus long terme, notamment par les personnes d’un âge avancé. Elle garantit alors un capital financier aux bénéficiaires.L’assurance décès a donc un usage très spécifique. Se présentant clairement comme un contrat de prévoyance. Les fonds versés ne peuvent ainsi être récupérés, à l’inverse de l’assurance vie qui permet de se constituer un capital.

Assurance obsèques

L’assurance obsèques, présente dès les premiers instants

Le décès d’un proche est toujours une épreuve difficile, d’autant plus lorsqu’il s’y ajoute des difficultés financières pour faire procéder à l’inhumation.Pour permettre à chaque famille de faire son deuil sans avoir à gérer ces questions, il est conseillé de souscrire une assurance obsèques de son vivant. Cette démarche est souvent réalisée entre 50 et 60 ans et permet alors d’organiser à l’avance les modalités de ses funérailles. Cela peut se faire d’un point de vue seulement financier ou comprendre également le déroulement de la cérémonie.

Le fonctionnement de l’assurance obsèques

Dans son principe, l’assurance obsèques permet de définir un capital à épargner pour couvrir les frais lors du décès. Les versements dépendent alors de ce montant. Celui-ci peut aussi faire l’objet d’un versement unique. Plusieurs points sont à vérifier avant la signature du contrat. Celui-ci doit notamment préciser le détail des prestations et déterminer les cas de décès pour lesquels l’assurance fonctionne. Il faut également contrôler si toutes les prestations sélectionnées à la prise de contrat seront assurées au jour du décès, malgré une éventuelle augmentation tarifaire. Lors du versement de sommes importantes, intéressez-vous enfin aux possibilités, pour le bénéficiaire, de récupérer le capital versé en sus.

Les types de contrats d’assurance obsèques

Les contrats en assurance obsèques peuvent être de différentes natures. C’est le cas, notamment, du contrat en capital. Celui-ci correspond à une soulte financière versée au bénéficiaire désigné, par exemple, un membre de la famille ou une agence de pompes funèbres. Cette solution se limite au simple aspect financier, sans s’intéresser au détail de la cérémonie.Le contrat prévoyance permet, à l’inverse, d’en définir les grandes lignes pour vous permettre de disposer de funérailles qui vous ressemblent. Le contrat d’assurance obsèques permet ainsi de venir régler les frais occasionnés par votre décès, afin de ne pas les laisser à la charge de votre famille. Lors de la souscription, il faut également regarder les conséquences en cas de surcoûts, notamment si ceux-ci sont à régler par vos proches.

Assurance obsèques
L’assurance obsèques, présente dès les premiers instants
Le décès d’un proche est toujours une épreuve difficile, d’autant plus lorsqu’il s’y ajoute des difficultés financières pour faire procéder à l’inhumation.Pour permettre à chaque famille de faire son deuil sans avoir à gérer ces questions, il est conseillé de souscrire une assurance obsèques de son vivant. Cette démarche est souvent réalisée entre 50 et 60 ans et permet alors d’organiser à l’avance les modalités de ses funérailles. Cela peut se faire d’un point de vue seulement financier ou comprendre également le déroulement de la cérémonie.
Le fonctionnement de l’assurance obsèques
Dans son principe, l’assurance obsèques permet de définir un capital à épargner pour couvrir les frais lors du décès. Les versements dépendent alors de ce montant. Celui-ci peut aussi faire l’objet d’un versement unique. Plusieurs points sont à vérifier avant la signature du contrat. Celui-ci doit notamment préciser le détail des prestations et déterminer les cas de décès pour lesquels l’assurance fonctionne. Il faut également contrôler si toutes les prestations sélectionnées à la prise de contrat seront assurées au jour du décès, malgré une éventuelle augmentation tarifaire. Lors du versement de sommes importantes, intéressez-vous enfin aux possibilités, pour le bénéficiaire, de récupérer le capital versé en sus.
Les types de contrats d’assurance obsèques

Les contrats en assurance obsèques peuvent être de différentes natures. C’est le cas, notamment, du contrat en capital. Celui-ci correspond à une soulte financière versée au bénéficiaire désigné, par exemple, un membre de la famille ou une agence de pompes funèbres. Cette solution se limite au simple aspect financier, sans s’intéresser au détail de la cérémonie.Le contrat prévoyance permet, à l’inverse, d’en définir les grandes lignes pour vous permettre de disposer de funérailles qui vous ressemblent. Le contrat d’assurance obsèques permet ainsi de venir régler les frais occasionnés par votre décès, afin de ne pas les laisser à la charge de votre famille. Lors de la souscription, il faut également regarder les conséquences en cas de surcoûts, notamment si ceux-ci sont à régler parL’assurance obsèques, présente dès les premiers in

Préparer sa succession

Les solutions pour préparer sa succession

Pour répartir son patrimoine comme vous le souhaitez, il est préférable de régler les détails de sa succession sans attendre. Cette décision, si elle n’est pas toujours aisée à prendre, a pour qualité d’éviter les tensions familiales le jour venu, tout en vous permettant de protéger vos proches ou mêmes des personnes ne pouvant hériter de vos biens suivant les règles de succession. Cette anticipation permet également de profiter d’une fiscalité plus avantageuse avec, notamment, les actes de donation.

L’assurance-vie pour un don financier

L’un des outils comptant parmi les plus utilisés dans la transmission de patrimoine financier n’est autre que l’assurance-vie. Celle-ci permet de placer des sommes d’argent souvent importantes, tout en échappant aux règles successorales. Ainsi, vous pouvez privilégier l’un de vos enfants, vos petits-enfants ou votre conjoint, à moins de choisir de faire un don à une personne extérieure à la famille. À votre décès, l’organisme auprès duquel a été contractée cette épargne d’assurance vie remet à chaque bénéficiaire désigné les sommes qui ont été capitalisées. Ce contrat bénéficie également de dispositions fiscales très intéressantes, permettant notamment, suivant les montants et les dates de versement, d’échapper aux frais de succession. Pour éviter d’éventuels litiges, veillez toutefois à noter avec précision sur le contrat l’identité de chacun d’entre eux.

La donation, une valeur sûre de la succession

Autre solution pour préparer sa succession : la donation. Celle-ci permet de transmettre de son vivant une partie ou la totalité de son patrimoine à ses héritiers légaux. La fiscalité touchant ces contrats est moindre que lors d’une succession après décès. Toutefois, cette action doit également être menée avec précaution. En effet, ces actes sont irrévocables.Plusieurs types de donation se côtoient, que ce soit donation entre époux, la donation partage, usufruit, ou graduelle. Cette dernière permet de protéger un peu mieux son patrimoine. Ainsi, la première personne notée dans cette succession hérite des biens désignés mais ne peut, de son vivant, ni les vendre, ni les léguer. À son décès, le patrimoine concerné est transmis à une seconde personne qui en a alors le plein usage.

Le testament, solution simple pour régler sa succession

L’une des solutions les plus anciennes pour régler sa succession n’est autre que le testament. Celui-ci est aujourd’hui encore très utilisé, ne nécessitant pas son enregistrement devant notaire. Son principal atout est d’être difficilement attaquable si le testateur l’a rédigé à une date où il était en pleine possession de ses capacités mentales. Pour être recevable, le testament doit être manuscrit, daté et signé. Toute personne majeure, mais aussi les mineurs émancipés ou ayant plus de 16 ans, peuvent rédiger ce document. En outre, il doit respecter les principes légaux de répartition entre héritiers. Chaque testament peut être annulé à tout moment par son rédacteur, par simple destruction.Les solutions de transmission du patrimoine sont donc nombreuses, sans nécessiter d’attendre son décès. Leurs atouts sont également financier, offrant, pour la plupart, des avantages fiscaux intéressants.